03 87 75 59 67

Home » Actualités » Défense du baccalauréat

Défense du baccalauréat

Casser le baccalauréat, c’est casser le lycée ! Défense du baccalauréat, premier grade universitaire et diplôme national de fin d’études secondaires

Communiqué du 8 novembre 2017 du Syndicat National des Lycées et Collèges.

SNFOLC
Siège national

6-8 rue Gaston Lauriau
93513 Montreuil-sous-Bois Cedex
Tel : 01.56. 93. 22. 44
snfolc.national@fo-fnecfp.fr

www.fo-snfolc.fr

Acte I : « Plan étudiants » une attaque majeure contre le baccalauréat, premier grade universitaire
Avec le « plan étudiants » qui prévoit que « si pour des raisons de capacités d’accueil, l’université ne peut admettre tous les candidats, la priorité sera donnée à ceux dont le parcours, la motivation et le projet sont les plus cohérents avec la formation choisie » (dossier de presse), le baccalauréat ne serait plus, selon les termes de M. Blanquer qu’« un repère » dans la scolarité et un certificat de fin d’études.
Il ne serait plus la clef de voûte de l’enseignement scolaire ni la garantie d’un accès pour tous les bacheliers à l’université dans la filière de leur choix.

Acte II : une attaque majeure contre le baccalauréat, diplôme national
Le 13 novembre commencera une « concertation » sur le baccalauréat qui devrait déboucher sur un rapport en janvier. Est envisagé, d’ores et déjà un lycée modulaire que certains appellent de leurs vœux : « individualisation des parcours » (Pierre Mathiot, président de la commission baccalauréat, Le Figaro du 2 novembre), suppression des filières S, L, ES, extension du contrôle continu, réduction des épreuves finales à quatre disciplines.
C’est la consécration de l’autonomie des établissements avec un lycée et un parcours à la carte, un baccalauréat-maison, un baccalauréat par lycéen.

Les conséquences immédiates : le baccalauréat deviendrait un simple certificat par blocs de compétences.

-Généralisation de l’évaluation locale par le contrôle continu
-Aggravation des pressions sur les personnels et dégradation  des conditions de travail (le professeur principal responsable de  l’orientation !)
-Hiérarchie entre des disciplines majeures et mineures, avec, à  la clef, suppression d’heures et de postes
-Substitution des compétences aux connaissances avec la  généralisation du livret de compétences au lycée

Pour le SNFOLC, s’attaquer aux diplômes, c’est aussi  s’attaquer aux droits que donnent les diplômes dans les  conventions collectives, dans la droite ligne des ordonnances Macron.

 Le SNFOLC invite les personnels à se réunir dans  les établissements, pour prendre position  ensemble et exiger :
 -Maintien du baccalauréat, premier grade  universitaire, diplôme national de fin d’études  secondaires
 -Maintien et rétablissement, dans toutes les  disciplines, des épreuves nationales, anonymes,  ponctuelles et terminales du baccalauréat
 -Rétablissement des horaires disciplinaires et des  dédoublements nationaux supprimés par la  réforme des lycées
 -Maintien et rétablissement dans tous les  établissements de toutes les disciplines, toutes  les heures d’enseignement disciplinaires et de  tous les postes

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *